Presse Panda Security
2

Les infections du “Virus Police” se multiplient selon PandaLabs

  • L’arrestation des créateurs présumés du “Virus Police” n’a pas signifié la fin des infections.
  • Le nombre d’infections a été multiplié par deux depuis l’arrestation du chef de ce gang cybercriminel à Dubaï.

Malgré l’arrestation du groupe de cyber-criminels suspectés d’être à l’origine du “Virus Police”, des milliers d’ordinateurs dans le monde ont continué à se faire infecter par cette menace entre décembre 2012 et février 2013, selon les données de PandaLabs, le laboratoire antimalware de Panda Security.

L’arrestation à Dubaï du chef de ce groupe de cybercriminels, lors d’une opération conjointe de la Brigade d’Investigation Technologique de la Police espagnole, Europol et Interpol, n’a pas signifié la fin de l’épidémie virale.

« Ce ransonware apportait à ses créateurs des bénéfices nets de plus d’un million d’euros par an, » explique Luis Corrons, le directeur technique de PandaLabs. « Cependant, le nombre d’infections n’a pas cessé de croître depuis leur arrestation. Nous avons donc la confirmation que plusieurs bandes de pirates lancent ce même type d’attaques. »

Le Virus Police est toujours actif 

Le “virus Police” continue d’infecter des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde, utilisant l’intimidation et la prise d’otage du PC pour extorquer de l’argent aux victimes. C’est une arnaque très lucrative, que les pirates ont perfectionnée avec le temps, en recourant à diverses techniques manipulatoires. Pour effrayer davantage les internautes, les versions les plus récentes de ces malwares incluent des photos de l’utilisateur prises avec sa webcam.

Une étude menée par PandaLabs sur deux familles de codes malveillants utilisés lors de ces attaques a montré que le nombre d’infections a doublé, passant de 2.500 à plus de 5.000 depuis l’arrestation du chef du gang cybercriminel entre décembre 2012 et février 2013.

Infections_Virus_Police

La grande majorité des infections a lieu au moyen de ”kits d’exploitation de vulnérabilités” : ce sont des outils de piratage utilisés par les pirates pour infecter les internautes simplement en les faisant visiter une page web compromise. Les cybercriminels profitent des failles de sécurité des programmes les plus utilisés, notamment Adobe Acrobat et Java, pour prendre le contrôle des ordinateurs. Actuellement, on compte un grand nombre de variantes du Virus Police en circulation sur Internet. Elles sont toutes détectées par PandaLabs sous le nom Trj/Ransom.AB.

Pour vous prémunir contre ce type d’arnaque, PandaLabs conseille de maintenir votre ordinateur à jour (le système d’exploitation et tous les programmes installés), de désactiver Java de votre navigateur Internet ou de le désinstaller complètement si vous n’en avez pas besoin.

Panda Security, The Cloud Security Company, a lancé une nouvelle version de son antivirus gratuit Panda Cloud Antivirus qui neutralise les logiciels malveillants qui, comme le Virus Police, profitent des vulnérabilités pour infecter les PC, y compris les menaces non identifiées.

Plus d’informations sur le Blog de PandaLabs.

Be Sociable, Share!

You might also like

Panda Cloud Office Protection obtient la certification Virus Bulletin VB100
Panda Security, The Cloud Security Company, annonce que Panda Cloud Office Protection (PCOP), sa solution...
Rapport PandaLabs du premier trimestre 2012
Les chevaux de Troie représentent 4/5ème des nouvelles menaces créées. Plus de la moitié des...
Panda Security aide à démanteler un réseau de cybercriminels ayant infecté plus de 13 millions d’ordinateurs à travers le monde avec le botnet Mariposa (un virus qui infiltre les comptes bancaires et d’autres données confidentielles)
La Garde civile espagnole a arrêté trois hommes soupçonnés d'appartenir au réseau Mariposa, "papillon"...
La lutte contre le cybercrime sur la bonne voie, selon le dernier rapport trimestriel de PandaLabs
De grandes entreprises comme Burger King et la BBC ont vu leur compte Twitter piraté Des poids...

Commentaires

    001

    [...] Concrètement, les nouvelles technologies anti-exploit de Panda Security sont capables de détecter les malwares tels que Blackhole et Redkit qui profitent des failles de sécurité inconnues de Java, Adobe, Microsoft Office ou d’autres logiciels populaires, avant même que ces codes malveillants n’infectent les ordinateurs des utilisateurs. Le principal différenciateur de la solution réside dans sa capacité à identifier les nouvelles variantes de malwares inconnus susceptibles d’infecter des milliers de PC dans le monde, comme le tristement célèbre “Virus Police”. [...]

    002

    […] n’aient été identifiées mais elle protège aussi les entreprises en temps réel. Le fameux “Virus Police” est un exemple de ce type d’exploit qui a causé des milliers d’infections au cours des […]

Commenter

(obligatoire)
(ne sera pas affiché) (obligatoire)